Département Informatique

Accueil > PRESENTATION > Les parcours Master International
s'abonner à cette rubrique Envoi vers Viadeo Envoi vers Twitter Envoi vers LinkedIn Envoi vers Facebook Format d'impression Accessibilité malvoyants (Format Texte)  

Master International

Master international de l’école d’ingénieurs du Cnam mention informatique spécialité Architecture et Intégration des Systèmes et du Logiciel
Publics / conditions d’accès

Les étudiants dont la candidature sera examinée par un jury d’admission au master i AISL de l’eicnam, sont admis en première année de master chinois en génie logiciel au sein des universités partenaires du Cnam en Chine.

Mentions officielles

Master Master international de l’école d’ingénieurs du Cnam informatique parcours Architecture et Intégration des Systèmes et du Logiciel
Mode d’accès à la certification :
Formation initiale, VAE*, Contrat de professionnalisation**, Contrat d’apprentissage*
Inscrit RNCP* : Inscrit de droit

Compétences attestées

Architecte intégrateur de systèmes à logiciel prépondérant, le diplômé du présent master i eicnam en informatique, parcours AISL :
- Applique une démarche d’ingénierie des systèmes et des logiciels et a une bonne compréhension des processus métiers relatifs à la démarche - Conduit les projets et est capable de gérer les risques ; conçoit le plan d’exécution du projet : étapes, livrables, ressources, calendrier, moyens et méthodes à utiliser ;
- Construit des systèmes en se conformant aux bonnes pratiques du métier d’architecte logiciel ou système ;
- Maîtrise les langages de spécification des systèmes ;
- Garantit la réalisation de systèmes intègres ;
- Assure la maintenabilité, exploitabilité, sécurité, évolutivité entre composants du système intégré ;
- Assure l’assemblage final des systèmes et apporte l’expertise d’intégration, vérifie la cohérence des interfaces, définit et met en oeuvre la stratégie de tests d’intégration.

Débouchés professionnels

Les étudiants se destinent à une carrière internationale, les emplois visés par la présente offre de formation se développent dans les pays du BRICS (Acronyme anglais qui désigne le groupe de pays formé par le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (South Africa)) où les besoins en chefs de projet qualifiés et de culture locale sont aujourd’hui déterminants.
Le métier d’architecte intégrateur des systèmes et du logiciel
Les composants informatiques, dont le logiciel, entrent dans la conception d’un nombre significatif de systèmes conçus pour répondre aux exigences fonctionnelles les plus diverses (systèmes de contrôle-commande, systèmes d’information des organisations, systèmes embarqués et mobiles - GPS, téléphonie mobile -, systèmes de paiement par carte bancaire, etc.). De fait, en un peu plus de quarante ans, l’industrie des technologies de l’information et de la communication (les TIC), est devenue la première industrie mondiale. Dans ce secteur, compte tenu du stock de composants logiciels aujourd’hui disponibles, la valeur ajoutée est désormais majoritairement issue d’un processus d’assemblage, appelé intégration dans le langage technique des TIC.
La tâche d’intégration est rendue particulièrement ardue par le nombre et l’hétérogénéité des équipements entrant dans la composition d’un système. Les composants sont assemblés pour former des assemblages de rang supérieur, qui eux-mêmes vont devenir des composants d’équipements dits " boite noire ", pour un autre processus d’intégration de systèmes d’ordre supérieur. Ainsi, dans le système d’information des Jeux Olympiques de Pékin - JO, développé par ATOS Origin, partenaire de la formation, il y avait aux alentours de 30.000 équipements.
Cette complexité des systèmes implique que les choix de composants et leur mode d’assemblage au sein des équipements soient structurés conformément à un ensemble de bonnes pratiques architecturales. En effet, dans un contexte économique, technologique et sociétal en constante évolution, l’architecture doit garantir la pérennité fonctionnelle du système tout en autorisant la substitution de ses composants ou équipements selon les opportunités technologiques du marché.
On outre, de tels systèmes complexes sont généralement distribués géographiquement et seule la mise en oeuvre de modèles architecturaux en couches permet d’organiser l’interopérabilité des divers acteurs systèmes (logiciels, matériels, bases de données...). Pour donner un ordre de grandeur, un grand système d’information, comme celui des JO de Pékin, suppose de traiter environ 60.000 événements de toute nature sur une période de 3 semaines (soit 3.000/jour !) depuis le simple incident, jusqu’à la panne qui nécessite un redémarrage à chaud.
Enfin l’architecture joue un rôle crucial dans la fiabilité/sécurité des systèmes en permettant la construction de procédures de tests et de simulation. Les tests unitaires vérifient que chaque composant logiciel fonctionne conformément aux spécifications. Après l’assemblage de ces composants logiciels, les tests d’intégration vérifient que les propriétés fonctionnelles du système restent conformes aux exigences du métier (ie l’ensemble des propriétés définies par son usage). Les tests pour valider le système d’information des JO de Pékin ont nécessité plus de 200.000 heures de travail (soit l’équivalent de 60 personnes, à temps plein, pendant plus de 2 ans), avec 10.000 scénarios de tests.
La conception de systèmes à logiciels prépondérants s’inscrit dans le cadre de projets industriels et le travail du maître d’oeuvre (MOE) architecte intégrateur est bien évidemment soumis aux contraintes (délais, budget etc.) du projet, tels que fixés par la maîtrise d’ouvrage (MOA). Le MOE est garant de la bonne réalisation technique et de la qualité des solutions. Sur des systèmes compliqués, le MOE est amené à assurer la coordination des sous-traitants, à contrôler la qualité technique en veillant au respect des délais fixés par la MOA et en minimisant les risques.
En résumé, selon la grille de compétence 2011 du CIGREF, réseau des Grandes Entreprises, avec lequel l’équipe du Cnam collabore étroitement au sein de ce master, ainsi que celle du Syntec Pass Informatique, les métiers visés par cette formation sont : Chef de projet maîtrise d’oeuvre ; responsable des systèmes applicatifs ; Concepteur-développeur ; Testeur ; Intégrateur d’applications ; Ingénieur intégration ; Ingénieur qualité méthodes ; Ingénieur validation.

Contact national

Eicnam Gestionnaire pédagogique
Case 2ASP10 , 2 rue Conté
Paris
Tél : 01 40 27 28 51
Sabrina Monbruno

Contacts | FORUMS | CEDRIC | CNAM | Réseau CNAM | Mentions légales